Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Réussir sa Reconversion Professionnelle au Féminin

Réussir sa Reconversion Professionnelle au Féminin

Bienvenue sur le Blog www.reussirsareconversion.com Accompagner les Femmes Actives en Reconversion Professionnelle - Eric VILLA Sophrologue 06 20 55 97 63 - Partez à la découverte du Site www.reconversion-sophrologie.com - Bénéficiez d'une SEANCE DECOUVERTE de 40 minutes pour faire le point de votre SITUATION PROFESSIONNELLE actuelle ! Laissez-moi votre E-mail pour que je vous envoie ma NEWSLETTER pour vous aider à retrouver la CONFIANCE, libérer les CROYANCES LIMITANTES, se projeter vers un nouvel AVENIR PROFESSIONNEL SEREIN !

7 bonnes clés pour changer son destin

7 bonnes clés pour changer son destin

Comment changer son destin ?

Prendre sa vie en main, contrôler le cours des choses est un désir quasi universel !

Clé n° 1 : Apprendre à se connaître

Pour commencer, on s’interroge sur la place que l’on occupe au sein de sa famille :

On retrace brièvement son histoire pour tenter de démêler ce qui nous est propre et ce qui a été transmis. Cette première clé exige de prendre le temps de recenser nos atouts et nos faiblesses. Par ailleurs, pour éviter de se juger << Je suis asocial(e) >> ou de dissimuler certains aspects fondamentaux de sa personnalité, on pourra aussi demander aux autres ce qu’ils pensent de nous.

Notre petit bilan personnel y gagnera une bonne dose d’objectivité !

Clé n° 2 : Lâcher nos idées reçues négatives

Il faut commencer lister toutes ces phrases négatives énoncées à la première personne comme ces << Je n’y arriverai jamais >> qui nous obsèdent. Pour retrouver depuis quand elles résonnent en nous, à quelle situation / incident elles nous renvoient et qui les a formulées en premier.

Une mise à plat nécessaire pour se débarrasser peu à peu du déterminisme familial.

Clé n° 3 : Cerner nos objectifs et nos désirs

Une manière de savoir si l’on est sur la bonne voie, c’est tout simplement de s’interroger sur le plaisir que l’on ressent – ou pas – à faire les choses. Si l’on bougonne tous les matins à l’idée de démarrer une nouvelle journée, il y a nécessairement quelque chose à comprendre.

Cerner nos désirs peut aussi nous conduire à repasser par nos rêves d’enfance. Pour renouer avec des aspirations profondes mises de côté, oubliées.

Clé n° 4 : Faire de nos épreuves passées une force

En cherchant l’enseignement à retirer de chaque épreuve :

<< Que dois-je comprendre et apprendre de ce qui m’est arrivé ? >>

Cette attitude permet de ne pas rester figé dans la passé et dans le rôle de l’éternelle victime

<< A cause de mon accident / ma rupture, je n’ai pas pu avancer dans ma vie >>.

Ce n’est qu’après cette réflexion que l’on peut redevenir le véritable acteur de sa vie.

Clé n° 5 : Se reconnecter à son intuition

En écoutant tous ces petits signes, en relevant toutes ces coïncidences troublantes qui nous frappent à chaque fois. Plus question de les chasser par rationalisme.

<< Pourquoi je ressens ça ? >>, << Est-ce la première fois >>, << Qu’est-ce que ça me dit sur moi et sur l’autre ? >> sont autant de questions à se poser.

Notre intuition peut nous servir d’appui pour creuser des questionnements en cours et apporter de nouveaux éclairages.

Clé n° 6 : Saisir les opportunités

En définissant un (ou des) projet(s) et en y travaillant. Là encore, il convient de se poser les bonnes questions pour repérer l’occasion et la saisir :

<< Qu’est-ce que je veux bouger ? >>, << Qu’est-ce que je désire ? >>

Cette attitude volontaire sera perçu par les autres, plus disposés alors à nous renvoyer la balle.

Clé n° 7 : Apprendre à demander

Demander quelque chose implique d’être convaincu qu’on y a le droit. On peut ainsi préparer sa requête en se projetant face à son interlocuteur (le supérieur à qui on va demander une promotion…).

Un travail mental indispensable pour élaborer un discours clair et convaincant.

Un témoignage : Nathalie, 35 ans – Mon licenciement a été une chance

<< j’avais un Job qui m’allait mais j’aspirais à autre chose. Quand j’ai été licenciée, j’ai décidé que ce serait l’occasion de trouver ma voie. Un jour, en visitant un haras de chevaux trotteurs, j’ai découvert que les << recalés >> finissaient à la boucherie.

Ça a été un déclic pour moi. Aujourd’hui, je revends ces chevaux à des tarifs raisonnables et je fais deux heureux : l’animal et son maître.

Je suis comblée !

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article